Comprendre les différences entre l’authentification et l’autorisation

Les termes « authentification » et « autorisation » sont des concepts fondamentaux en matière d’IAM et de CIAM. Ils forment le cadre de la cybersécurité. Leur proximité de sens et de prononciation est la principale raison de leur confusion. Pourtant, ces concepts ne partagent pas les mêmes caractéristiques. Cet article vous permettra de comprendre les principales différences entre l’authentification et l’autorisation.
Authentication vs Authorization

En termes simples, l’authentification identifie et confirme l’identité qu’un utilisateur revendique, tandis que l’autorisation accorde ou restreint l’accès à un composant sécurisé en fonction des privilèges d’accès d’un utilisateur. Ces deux procédures de sécurité empêchent naturellement tout accès indésirable à un système sécurisé. Elles reposent toutefois sur des concepts différents et opèrent donc chacune à leur manière.

Qu’est-ce que l’authentification ?

L’authentification est un processus de sécurité permettant de valider l’identité des utilisateurs. Ce composant empêche l’accès illégal ou non autorisé à un fichier sécurisé et prévient également le vol de données.

De nos jours, les cyberattaques se multiplient. Selon l’étude réalisée par l’équipe de recherche sur la sécurité extérieure de Digital Shadows en 2020, jusqu’à 15 milliards de données d’identification ont été volées, ouvrant ainsi la voie au piratage de comptes¹. Fondamentalement, si vous souhaitez accéder à un fichier sécurisé en tant que personne qui possède ou peut accéder à ce dernier, l’authentification vous invite à fournir un élément qui n’est connu que du propriétaire du fichier en question. La réponse que vous donnez validera ou annulera votre revendication en tant que propriétaire du fichier et, par conséquent, déterminera si l’accès sera accordé ou non. Les mots de passe et les noms d’utilisateurs en sont un exemple typique.

Les facteurs d’authentification

L’authentification nécessite l’utilisation de facteurs spécifiques pour faire son travail efficacement. Ces facteurs sont propres à chaque utilisateur et sont nécessaires pour confirmer l’identité de ces derniers. Ils comprennent :

    • Quelque chose que vous savez : Ce facteur se rapporte à ce que l’utilisateur sait. Il correspond aux connaissances dont l’utilisateur est le seul détenteur. Cela inclut les mots de passe, les codes PIN, les questions personnelles secrètes et les réponses comme une couleur ou un plat préféré.
    • Quelque chose que vous avez : Ce facteur a trait à ce que détient l’utilisateur, à ce qu’il possède et utilise pour accéder au composant sécurisé. Il peut s’agir de dispositifs tels qu’un ordinateur portable, un téléphone ou une carte d’accès. Les utilisateurs sont les seuls à pouvoir utiliser ces possessions pour accéder au composant sécurisé, excepté en cas de perte ou de vol.
    • Quelque chose que vous êtes : Ce facteur d’authentification correspond à ce qu’est l’utilisateur. C’est un facteur qui lui est propre. Il comprend les données biométriques telles que les empreintes digitales, la reconnaissance vocale, le scan de l’iris, etc.
    • Localisation de l’utilisateur : Ce facteur supplémentaire utilise les informations relatives au lieu où se trouve l’utilisateur pour valider son identité. Si l’utilisateur accède toujours au fichier à partir d’un certain quartier ou d’une certaine région, et que l’accès au fichier protégé est à présent demandé à partir d’un autre lieu, d’une autre région ou d’un autre pays, le système de sécurité met en place une barrière supplémentaire pour confirmer qu’il s’agit toujours du même utilisateur.
    • Horaire d’accès : Tout comme pour la localisation, si l’utilisateur a pour habitude d’accéder à un fichier pendant des heures ou des jours spécifiques, notamment pendant les heures de travail ou les jours ouvrables, un autre facteur d’authentification est mis en place en cas de demande d’accès en dehors de ces créneaux horaires.

    De tous ces facteurs d’authentification, les mots de passe et les noms d’utilisateurs constituent la forme la plus élémentaire. Ils servent généralement de première couche de sécurité. Mais la seule utilisation de mots de passe ne suffit plus à prévenir les cyberattaques et les accès non autorisés, ceux-ci pouvant désormais être facilement contournés et piratés.

    L’utilisation exclusive du facteur « quelque chose que vous savez » est donc considérée comme la forme la plus faible de sécurité. Pour renforcer les infrastructures de sécurité, il est nécessaire de disposer de plus d’un seul facteur d’authentification. C’est pourquoi le monde se tourne aujourd’hui vers les systèmes 2FA (Two Factor Authentication) et MFA (Multi-Factor Authentication) pour une protection accrue des fichiers et ressources. À noter que, contrairement à la croyance générale, l’authentification à deux facteurs est différente de l’authentification multi-facteurs et est généralement moins sûre. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez notre article.

    Qu’est-ce que l’autorisation ?

    L’autorisation est une procédure de sécurité qui contrôle/limite l’accès d’un utilisateur à une entité sécurisée particulière. Ce concept concerne le nombre de privilèges dont dispose un utilisateur pour pouvoir accéder à un fichier sécurisé.

    L’authentification et l’autorisation fonctionnent main dans la main, l’autorisation intervenant à la suite de l’authentification. Vous allez bientôt découvrir ce que cela signifie.

    Prenons un exemple concret.

    Dans une organisation sécurisée, chaque employé peut accéder à différents fichiers et ressources, en fonction de son rôle ou de son niveau hiérarchique. Tous ces fichiers et ressources sécurisés sont cependant stockés sur le cloud. Les employés peuvent ainsi les localiser à condition de se connecter au réseau de l’organisation. Ce qu’ils ne peuvent pas faire, en revanche, c’est accéder aux fichiers que leur rôle dans l’entreprise n’autorise pas.

    Cela signifie que pour ne serait-ce que localiser les fichiers sur le cloud de l’entreprise, vous devez être en mesure de vérifier votre identité (authentification). Si vous n’êtes pas membre de l’organisation, vous ne pouvez pas accéder au cloud.

    Après avoir vérifié votre identité en tant que membre de l’entreprise, le processus d’autorisation peut alors démarrer. Votre rôle va maintenant déterminer la limite des fichiers auxquels vous, en tant que membre, pouvez accéder sur le cloud (autorisation).

    Le rapport 2021 de Verizon sur les violations de données montre qu’environ 61 % des violations de données en 2020 étaient dues à un accès non autorisé à des systèmes sécurisés². Pour éviter d’être victime d’une violation de données, l’adoption d’une solution de contrôle d’accès efficace proposée par des fournisseurs comme inWebo vous permet de protéger vos systèmes contre les accès non autorisés.

    Les différents modes de gestion de l’IAM

    Pour gérer la sécurité et la facilité d’utilisation d’un environnement digital, il faut jongler entre des identités, des authentifications et des niveaux différents d’autorisation. C’est l’objet même de l’IAM (Identity and Access Management) qui peut s’organiser autour de différentes stratégies :
    Role-Based Access Control (RBAC)

    Contrôle d’accès basé sur les rôles

    Le RBAC ou Role-Based Access Control accorde l’accès en fonction des rôles professionnels d’un ensemble d’utilisateurs. Ce système autorise l’accès à des composants sécurisés en fonction des rôles que les utilisateurs assument au sein de l’organisation.

    Attribute-Based Access Control (ABAC)

    Contrôle d’accès basé sur les attributs

    Le ABAC ou Attribute-Based Access Control est une stratégie de contrôle qui accorde l’accès en fonction des attributs de l’utilisateur. Il peut s’agir du lieu, du service et du rôle de l’utilisateur, ainsi que du type d’action à effectuer.

    Policy Based Access Control (PBAC)

    Contrôle d’accès basé sur les politiques

    Le PBAC ou Policy-Based Access Control est une stratégie de contrôle d’accès qui intègre le rôle d’un utilisateur aux politiques définies par l’organisation pour accorder un accès autorisé au système.

    Rule-Based Access Control

    Contrôle d’accès basé sur des règles

    Le Rule-Based Access Control est un système de contrôle d’accès qui accorde l’accès sur la base d’un ensemble de règles déjà établies. Ces règles guideront la manière dont chaque utilisateur se verra accorder l’accès.

    Authentification et autorisation : quelles différences ?

    L’authentification et l’autorisation diffèrent l’une de l’autre selon les critères suivants :

    • Occasion : L’authentification est la première procédure de sécurité rencontrée lors de la connexion à un système sécurisé. L’autorisation n’intervient qu’après que l’authentification ait été effectuée avec succès.
    • Fonction : L’authentification vérifie l’identité d’un utilisateur. L’autorisation accorde ou limite l’accès des utilisateurs aux fichiers.
    • Modification : Les facteurs d’authentification peuvent être modifiés par les utilisateurs pour renforcer la sécurité. L’autorisation ne peut être modifiée que par les équipes ou le personnel en charge de sa mise en œuvre.
    • Visibilité : L’authentification est visible pour les utilisateurs. L’autorisation, en revanche, ne l’est pas.
    • Exigences : Les informations d’identification des utilisateurs peuvent être utilisées pour confirmer leur identité lors de l’authentification. Des politiques et des règles sont mises en place pour déterminer si l’accès doit être accordé ou non lors de l’autorisation.

    IAM : orchestrer votre stratégie d’authentification et d’autorisation

    Il est indispensable de comprendre la différence fondamentale entre l’authentification et l’autorisation pour mettre en place et exploiter des plates-formes complexes de gestion des identités et des accès. Vous devriez maintenant être en mesure de faire correspondre vos exigences en matière d’IAM à ce cadre, d’évaluer l’authentification et l’orchestration des accès dont vous aurez besoin, et de rechercher la meilleure solution. Si vous avez besoin d’aide, les experts d’inWebo sont à votre disposition pour vous guider dans votre parcours IAM. N’hésitez pas à les contacter.

    Qu’est-ce que l'authentification ?

    L’authentification est un processus de sécurité permettant de valider l’identité des utilisateurs. Ce composant empêche l’accès illégal ou non autorisé à un fichier sécurisé et prévient également le vol de données.

    Qu’est-ce que l'autorisation ?

    L’autorisation est une procédure de sécurité qui contrôle/limite l’accès d’un utilisateur à une entité sécurisée particulière. Ce concept concerne le nombre de privilèges dont dispose un utilisateur pour pouvoir accéder à un fichier sécurisé.

    Quelle est la différence entre l’authentification et l’autorisation ?

    L’authentification et l’autorisation fonctionnent main dans la main mais diffèrent l’une de l’autre selon certains critères tels que le moment de leur intervention, leur fonction, leurs modalités de modification, leur visibilité ou encore leurs exigences.

    L'authentification forte MFA sans compromis

    Contactez-nous pour une démo ou pour demander l'ouverture de votre compte de test

    Très haut niveau de sécurité

    inWebo MFA détient la technologie unique et brevetée des clés dynamiques aléatoires qui lui permet de proposer le plus haut niveau de sécurité du marché. Solution certifiée par l’ANSSI.

    Intégration et déploiement facile

    Accessible en Saas, riche en connecteurs, API et SDK, inWebo MFA s’adapte à vos contraintes techniques, sans vous en imposer de nouvelles. Déployez un MFA rapidement et à grande échelle, sans contact humain et sans logistique.

    Expérience utilisateur passwordless et deviceless

    inWebo vous permet d’offrir une expérience utilisateur simplifiée, étendue à toutes les dimensions de l’authentification, de l’enrôlement à la connexion grâce à ses tokens universels, passwordless et deviceless.

    Recevez toute l'actualité de l'authentification forte

    Nos dernières actualités

    Demandez une demo